Que faire des crèches dans les espaces publics ?


En période de Noël... faut-il retirer les crèches des espaces publics ?

Témoignages… et décryptage…
Témoignage 1 - Lettre au tribunal administratif de Nantes :
Cher Monsieur le Tribunal,
J’ai pris connaissance il y a quelques jours de votre décision d’interdire la crèche de Noël traditionnellement installée dans le hall du Conseil Général de la Vendée.
Quelle mouche vous a donc piqué ?
Vous avez fait des études je suppose. Peut-être savez-vous donc que Noël vient du latin  » Natalis » qui veut dire Naissance. Alors je vais vous livrer un secret que vous voudrez bien transmettre à vos confrères qui peut-être nagent avec complaisance dans la même ignorance que vous. La naissance, dont-il est question, est celle d’un certain Jésus de Nazareth né il y a un peu plus de 2000 ans. Je dis ça parce qu’étant donné que vous n’avez pas interdit les illuminations de Noël, je suppose que vous ignoriez ce détail. Voyez-vous, Noel n’est pas l’anniversaire de la naissance du Père Noel (je suis désolé si je casse ici une croyance ancrée en vous) mais bien celle de ce Jésus. Interdire une crèche sans interdire toute manifestation publique de cette fête est aussi stupide que si vous autorisiez la fête de l’andouillette tout en interdisant la consommation d’andouillette le jour de la fête de l’andouillette.
La crèche c’est ce qu’on appelle une tradition. Et ne me faites pas croire, Monsieur le Tribunal, que le principe de la tradition vous est étranger. Sinon comment expliquer que les magistrats exercent leur métier dans un costume aussi ridicule si ce n’est parce qu’il est le fruit d’une tradition ?
Vous êtes un briseur de rêves Monsieur, vous êtes un étouffeur de sens. La crèche c’est Noël et Noël c’est la crèche. La crèche c’est aussi l’histoire d’une famille qui faute de droit opposable au logement est venue se réfugier dans une étable. C’est un signe d’espoir pour tous les sans logement. La crèche c’est aussi un roi arabe et un autre africain qui viennent visiter un juif. C’est un signe d’espérance et de paix en ces temps de choc de civilisations et de conflit au Moyen Orient. La crèche c’est aussi des éleveurs criant de joie et chantant dans une nuit de décembre. Connaissez-vous beaucoup d’agriculteurs qui rigolent en cette période de crise ? La crèche c’est un bœuf, symbole de la condition laborieuse de l’homme. Enfin, la crèche, c’est un âne, même si une rumeur court disant que cet âne a quitté la crèche en 2013 pour rejoindre le Tribunal administratif de Nantes.
Malgré le fait que vous allez sans doute, par souci de cohérence, vous rendre à votre travail le 25 décembre, je vous prie de croire, Monsieur le Tribunal, à l’expression de mes souhaits de bon et joyeux Noël.
Jean Pierre Santon

Témoignage 2 -  « Coup de gueule » d’un ami prêtre :

Crèche ou pas crèche, Noël approche… 


Franchement, l’histoire des crèches à enlever de l’espace public me parait un peu risible. Et il faut en rire. En rire pour ne pas en pleurer. N’y a -t ‘il pas d’autres causes plus urgente en France ? La pauvreté, les galères de certains (et l’on sait que cela augmente), la solitude (on vient de retrouver quelqu’un, il était mort depuis un mois dans son appartement, seul). Serait-ce si terrible de rappeler que l’un des plus grands hommes de l’histoire humaine est né dans une mangeoire pour rejoindre tous les petits, les sans grades ceux qui n’ont pas de quoi se couvrir ? Serait-ce si grave de rappeler que les parents de cet enfant n’ont pas pu trouver une place dans l’hôtellerie pour que la maman puisse accoucher ? Serait-ce si grave que cela que de dire aux enfants que leur sourire de Noël vient d’un autre enfant qui lui aussi a un papa et une maman qui l’entourent de leur amour. Même si on est incroyants… l’Histoire ne se refait pas. 
Au fait, j’aurai bien aimé quelques manifestations sur l’ouverture des magasins le dimanche. Cela aussi met en péril l’équilibre de la famille. Pour ceux qui font leur course et qui ne sont donc pas avec leurs enfants ce jour-là, pour ceux qui travaillent ce jour-là. Il y a quelque part une rupture d’un rythme familial. Pour les salariés. Il parait que cela se fera sur la base du volontariat. Un jour un membre de ma famille m’a dit qu’il était capable de prendre n’importe quel travail pour « nourrir sa femme et ses deux filles ». J’ai peur de cette liberté-là. Et puis demander la liberté pour « des commerces » ne serait-ce pas plutôt pour des super marchés ?


Revenons à Noël ! J’ai entendu à la radio, en voiture, que ce serait un « Bon Noël » si, je cite, « les gens consommaient beaucoup ». On peut avoir les positions que l’on veut, le regard que l’on peut, Quelles sont nos valeurs ? Celles qui cotent en bourse ? Celles de la concurrence et de la Réussite sociale pure ? Celle s du tout et tout de suite ? Ou bien celle de l’Espérance, de la Charité et de l’Amour ? 

Ce sera pour moi un bon Noël, si les enfants, tous les enfants du monde sont aimés !

Ce sera pour moi un bon Noël, si les personnes seules rencontrent un sourire le jour de Noël !

Ce sera pour moi un bon Noël, si les familles se rassemblent et quelques fois se pardonnent et se réconcilient !

Ce sera pour moi un bon Noël…
C’est possible, il suffit que tous nous soyons en route pour rencontrer Celui que les prophètes et Jean Baptiste annonçaient. Le petit enfant de la crèche nous montrera par son dénuement tous les laissés pour compte de la vie qui sont autour de nous.
Voilà ce que nous disent et redisent les crèches de Noël …tous les ans !  
Michel Olivié

Décryptage :
Ainsi, le débat fait rage autour de cette question. Certains avancent l’argument de « la liberté de conscience » pour faire enlever ces fameuses crèches (qu’il faudrait cacher chez soi, dans les églises ou les temples). Mais, on a du mal à voir en quoi une crèche viendrait entraver notre liberté de penser et nous obligerait à croire aveuglement à telle ou telle chose. Il ne faut pas confondre la liberté de conscience et le mutisme. Le fait que chacun puisse exprimer librement ses convictions sans être inquiété, ne veut pas dire que plus personne ne doit rien dire, ni pouvoir débattre et échanger dans la sphère publique. Précisément, il faut relire l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme… qu’une mauvaise compréhension de la laïcité confond avec l’interdiction de parler ou de montrer ses convictions dans un lieu public. (A ce titre l’article 28 de la loi de 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat, ne vient-il pas restreindre l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ?)
Article 18
« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. »

En réalité, cette question du retrait des crèches, n’a rien à voir avec « liberté de conscience ». C’est le symbole qui gène. Dans un pays laïque, notre passé « judéo-chrétien » pose encore question. Peut-être nous ne sommes pas encore en paix avec notre propre histoire. Pourtant, ce n’est sûrement pas en faisant table rase des traditions, qu’on érigera une société plus égalitaire. On la rendra simplement plus ignorante de sa propre culture. Ne devrait-on pas, au contraire, nous appuyer sur la tradition pour essayer d’en retirer des enseignements ? Cela s’appelle « interpréter », pour pouvoir comprendre et débattre. Essayer de décrypter les richesses d’un symbole, ou venir interroger sa pertinence, est sûrement plus pédagogique que de tenter de le supprimer.
Pascal Lefebvre

Agenda janvier 2015

Cultes :
• Marmande : à 10h30, au temple, 5 rue du Cdt Baylac, les 4 et 18. Célébration oecuménique le vendredi 23 à 20h30 à la chapelle de la Gravette (St Jean Marie Vianney). 
Tonneins : à 10h30, au temple, 18 bd F. Mitterrand, les 11, 18 et 25. Célébration oecuménique le jeudi 22 à 20h30 au temple. 
Culte à la Maison de Retraite « Soleil d’Automne » à Escoutet : mercredi 21 à 15h. 

Jeunesse :
École biblique : au temple de Tonneins, samedi 10 de 10h à 12h. 
Catéchisme : Journée KT à Castelmoron, le dimanche 18 de 10h30 à 17h. 
Éclaireurs unionistes : Louveteaux, sortie le 11 ; Éclaireurs, week-end les 10 et 11.

Diaconie :
Entraide : au 4 rue Foch à Tonneins.
Vestiaire et Distribution alimentaire : le mardi et le jeudi de 14h à 16h.
Attention : pas de distribution la semaine du 12 au 18 (pour cause de travaux à l'oratoire).
Assemblée générale de l'Entraide : vendredi 30 à 15h (suivi du goûter). 

Bureau de l'Entraide : le jeudi 15 à 14h30, 1 rue du Colombier.